Présentation des résultats des enquêtes d’opinion sur les perceptions croisées franco-russe

Dans le cadre d'un projet commun d'étude sur les perceptions de la Russie en France et de la France en Russie, le travail conjoint des agences Harris Interactive et VTSiOM a permis de mieux définir le champ d’action du Dialogue.

L’enquête d’opinion menée « en miroir » comprend 3 volets : une enquête quantitative, une enquête qualitative, une analyse de l’image de la Russie sur le web social français.

Quelle image les Français ont-ils de la Russie et des Russes ? Se sentent-ils bien informés sur la Russie ? Que pensent-ils des relations actuelles entre la France et la Russie ? Telles sont certaines des questions traitées au sein de cette étude.

Télécharger le rapport d’Harris Interactive sur la perception des Français de la Russie

Télécharger le rapport de VTSiOM sur la perception des Russes de la France

Que retenir de l’enquête française ?

Les Français ont de la Russie une image ambiguë, où se mêlent curiosité et défiance

De manière générale, les Français sont aujourd’hui très partagés à l’égard de la Russie: même si elle attire une majorité en tant que destination touristique potentielle, seuls 42% d’entre eux déclarent en avoir aujourd’hui une bonne image. Ce jugement s’explique par le fait que la Russie est associée à des dimensions contrastées : en effet, parmi une liste de sentiments possibles, ceux que la Russie suscite le plus sont la méfiance (44% des Français se reconnaissent dans cet état d’esprit), la curiosité (39%), le scepticisme (27%) et le respect (25%). Un mélange de qualificatifs à connotation positive et négative qui cohabitent et sont à l’origine de cette perception ambivalente.

De fait, d’un côté, la Russie est largement considérée comme un grand pays (90%), une grande civilisation (82%), un pays beau (77%), scientifique et technologique (70%), sportif (68%) et dynamique (67%). Mais de l’autre côté, elle est aussi majoritairement vue comme un pays puissant (88%) et impérialiste (80%), peu ouvert au monde (31%) et peu démocratique (22%). Ainsi, malgré les atouts qui lui sont reconnus, la Russie semble susciter une certaine appréhension, notamment en raison de sa puissance retrouvée dans les affaires mondiales. De fait, 91% des Français estiment que le poids politique de la Russie sur la scène internationale est important (contre 82% pour celui de la France), et 43% considèrent même ce dernier comme « très important » (contre seulement 24% pour celui de la France), ce qui constitue une très forte progression par rapport au jugement qui était porté en 2014 (26%)[1].
Une perception positive, mais aussi un sentiment de distance à l’égard des Russes

On retrouve cette perception ambivalente dans le regard qui est porté sur le peuple russe. D’un côté, la majorité des Français, malgré leur image mitigée du pays, déclarent éprouver de la sympathie pour les Russes (63%). Un peuple qu’ils jugent majoritairement travailleur (84%), discipliné (77%), mais aussi plutôt sympathique (60%) et accueillant (59%).

Mais dans le même temps, ils estiment que Français et Russes sont plutôt éloignés les uns des autres à bien des égards. C’est notamment le cas en ce qui concerne des dimensions-clés comme la qualité de vie (73% pensent que Français et Russes sont éloignés sur ce point), le rapport à la politique (72%), ainsi que les valeurs et modes de vie (la place des femmes dans la société : 66%, l’éducation des enfants : 61%, les valeurs morales : 59%). Il n’y a que dans de rares domaines qu’une majorité des Français se sentent proches des Russes (la politesse : 59%, la créativité : 53%).

Une image complexe alimentée par un déficit d’information avoué à l’égard de la Russie

Ce sentiment relatif d’éloignement est également nourri par une certaine méconnaissance : 68% des Français se considèrent aujourd’hui mal informés sur la Russie et les Russes de manière générale. De fait, les représentations spontanées à l’égard de ce pays ne sont pas très riches, évoquant avant tout son climat (et le froid associé), certains produits phares (la vodka et, dans une moindre mesure, le caviar), son régime politique (en des termes souvent critiques), et son Président. A cet égard, on peut noter qu’en-dehors de Vladimir Poutine, bien peu nombreux sont les Français capables de citer spontanément une personnalité russe actuelle.

Au-delà de ce déficit d’information avoué, les Français s’interrogent sur les informations qui sont aujourd’hui diffusées concernant la Russie, et notamment sur la fiabilité de leurs sources. D’un côté, dans un contexte où la Russie a pu être soupçonnée d’être intervenue dans les campagnes présidentielles américaine et française, moins de la moitié des Français estiment que les informations communiquées par la Russie en France sont jugées crédibles (46%). Mais, dans le même temps, les informations diffusées sur la Russie par les médias français le sont à peine plus, aux yeux des personnes interrogées (57%).

Des relations franco-russes perçues comme devant être renforcées

S’ils sont partagés en ce qui concerne le jugement qu’ils portent sur la Russie, les Français sont également plutôt sceptiques sur l’état des relations entre les deux pays : seuls 42% d’entre eux estiment que ces dernières sont bonnes, contre 57% qui les jugent majoritairement mauvaises. Et surtout, ils ont plutôt tendance à penser, compte tenu des désaccords sur la situation internationale, que ces relations se sont plutôt dégradées au cours des dernières années : 37% les jugent moins bonnes que par le passé, contre seulement 19% qui les trouvent meilleures (43% les considérant plutôt stables dans la durée). Et ils se montrent très partagés en ce qui concerne l’avenir de ces relations : un quart d’entre eux pensent qu’elles vont s’améliorer, un quart qu’elles vont se dégrader, et la moitié qu’elles vont se stabiliser.

Néanmoins, malgré les réserves que la Russie suscite chez certains, et malgré le scepticisme sur l’état actuel des relations franco-russes, la volonté de renforcer la coopération entre les deux pays l’emporte, aux yeux des Français, sur la défiance. En effet, 57% des Français considèrent que leur pays devrait intensifier ses relations avec la Russie sur le plan culturel, 53% sur le plan diplomatique et 48% sur le plan économique. Et ces scores sont bien supérieurs (de 15 à 20 points environ) à ce qu’ils étaient en 2014[2]. A noter que ce renforcement des relations franco-russes est majoritairement souhaité dans la plupart des domaines : c’est notamment le cas en ce qui concerne le changement climatique et le respect de l’environnement (84% des Français estiment qu’il est important de renforcer les relations dans ce domaine), la sécurité (83%), l’énergie (82%), les relations politiques (81%) et les relations économiques (80%).

Consulter la page Harris Interactive concernant l'enquête