8ème édition du Festival de musique classique «La Clé des Portes»

 

 

 Imaginé par le duo de piano franco-russe, Ludmila Berlinskaïa et Arthur Ancelle,le festival  « La Clé des Portes», installé sur les bords de Loire, entre Orléans et Blois, propose pour cette 8e édition,  6 concerts ayant pour thème « De d’Artagnan à Don Quichotte – hommage à Valentin Berlinsky » et une exposition  «  La musique d'une vie», une fenêtre ouverte sur la vie d'un homme exceptionnel, entièrement dédiée à la musique.

Qui ne connaît pas le Quatuor Borodine ? Il était d'usage de dire que cet ensemble était au quatuor à cordes ce que Richter était au piano, Oïstrakh au violon, Rostropovitch au violoncelle.

Mais ce que le public occidental sait plus rarement, c'est que la longévité exceptionnelle de ce Quatuor (1945 à aujourd'hui) et son niveau de perfection toujours renouvelé étaient notamment dus à un homme d’exception: Valentin Berlinsky (1925-2008).

Outre qu’il fut le fondateur du premier ensemble soviétique à partir à l’étranger, effectuant plus de six cents tournées dans cinquante-quatre pays, laissant un héritage discographique colossal, Valentin Berlinsky était aussi et surtout un violoncelliste à la sensibilité exceptionnelle. Celui qui fut l’ami d’Alexandre Soljenitsyne, de Maya Plisetskaya, de l’académicien Andreï Sakharov et du joueur d’échecs Garry Kasparov, était un musicien intransigeant et un véritable patriote qui, pour l’anecdote, joua le même jour de l’année 1953 aux enterrements de Staline et de Prokofiev.

Le Quatuor Borodine, c’étaient les « Quatre mousquetaires », dont la devise officielle était « Un pour tous, et tous pour un », et dont la charte fut signée entre eux avec leur sang.

Berlinsky en était le d’Artagnan, prompt à l’aventure, ciment des engagements du Quatuor.

A la fin de sa vie, alors que nombre de ses amis et collègues avaient quitté la Russie, que ceux qui étaient resté s’adaptaient rapidement aux méthodes occidentales de l’économie de marché, Berlinsky continua contre vents et marées à vivre comme il avait toujours vécu, entrepreneur, entouré de jeunesse, prônant les mêmes valeurs, se battant pour elles et refusant d’accepter certains changements importants qui s’opéraient autour de lui. Ses amis l’appelaient alors avec tendresse le Roi Lear ou Don Quichotte.

Cette année, le thème de La Clé des Portes s’articule autour d’une personnalité musicale, qui reste un exemple pour des centaines de musiciens du monde entier qui l’ont côtoyée, et dont l’héritage humain et musical perdurera longtemps.

La Clé des Portes propose ainsi un voyage musical faisant découvrir bien plus que des œuvres et des compositeurs : des époques, des principes, des histoires dans la grande Histoire, le festival propose de rentrer intimement dans la complexité intérieure de l’un des plus grands violoncellistes du XXe Siècle.

Chacune des journées du festival porte le nom d'une ville intimement liée à la vie de Valentin Berlinsky : Irkoutsk, Moscou, Paris, Alderburgh et Saint-Pétersbourg, et les festivaliers auront la possibilité d'entrer plus profondément dans le "monde" de Berlinsky à chaque concert par le biais de lectures et d'anecdotes. Le comédien Jean-Philippe Ancelle lira des extraits du livre "Valentin Berlinsky, le Quatuor d'une Vie" de Maria Matalev pour éclairer les programmes joués, tandis qu'un échange avec Ludmila Berlinskaïa révélera nombre d'anecdotes permettant de colorer davantage la personnalité artistique de Valentin Berlinsky.

L'exposition qui se tiendra à l'Espace de la Corbillière à Mer, du 18 juillet au 16 août, présente un fonds d'archives inédit qui retrace l'art de vivre de Valentin Berlinsky (Irkoutsk, 1925 – Moscou, 2008), éminent violoncelliste et spécialiste du quatuor à cordes, mais aussi professeur dévoué, ami des plus grands de son temps et patriarche d'une famille de musiciens.

Les visiteurs pourront admirer une iconographie abondante : photos du quatuor en compagnie de musiciens et d'artistes illustres, photos illustrant le quotidien singulier du quatuor à cordes, mais aussi des extraits de ses journaux intimes inédits, sa correspondance, des affiches de concert (depuis les années 50), des memorabilia (frac de concert...).

 

Ayant reçu de nombreuses distinctions, parmi lesquelles la Légion d'Honneur, pour son action au sein de la culture, Valentin Berlinsky a également touché et formé de nombreux musiciens ; l'exposition met aussi en avant le destin de ses    élèves, qui gardent un souvenir immortel de leur professeur. 

 

Pour accéder au programme et à toutes les informations complémentaires rendez-vous sur le site du Festival la Clé des portes