Coronavirus en Russie: la solidarité humaine pendant le confinement

Le confinement mis en place fin mars en Russie afin d’enrayer la pandémie de COVID-19 n’est pas toujours facile à supporter. En cette période difficile, le soutien des associations, des milieux d’affaires et des citoyens ordinaires est plus important que jamais pour tous ceux qui ont été touchés par le coronavirus ou participent à la lutte contre lui. Le Dialogue de Trianon vous raconte des initiatives solidaires qui ne cessent de se multiplier en Russie depuis le début du confinement.

Bien que le secteur de la restauration figure parmi les industries les plus touchées par la pandémie, les propriétaires de certains établissements à Moscou et dans d’autres villes ont commencé à nourrir gratuitement les médecins qui soignent les malades infectés par le coronavirus. Parmi eux est un entrepreneur de Vladivostok Ilia Sukhikh. Le personnel de son restaurant prépare et livre des repas gratuits aux médecins de deux hôpitaux. L’initiative a déjà été soutenue par sept projets locaux, parmi lesquels des restaurants et des fournisseurs de produits [1].

Les services de restauration de quatre aéroports à Samara, Ekaterinbourg, Nizhny Novgorod et Rostov-sur-le-Don préparent des plats pour les personnes âgées seules. La capacité est suffisante pour produire plus de 3 mille rations alimentaires par jour, qui comprennent le petit déjeuner, le déjeuner et le dîner gratuits [2].

Le secteur du transport n’est non plus resté indifférent face aux difficultés. Un agrégateur de taxi offrent des courses gratuites pour les donneurs à l’un des centres de sang de Moscou. Des chauffeurs de taxi et des conducteurs des transports en commun ne font pas payer les médecins pour leurs déplacements au travail.

Les fondations philanthropiques ont été parmi les premières victimes de la crise provoquée par la pandémie de coronavirus. Elles sont obligées de fermer des programmes, de réduire leur aide et de licencier du personnel. C’est pourquoi l’association «Nouzhna pomochtch» a lancé l’initiative «Sauvons ceux qui nous sauvent» pour soutenir les organisations caritatives pendant la pandémie. Tout citoyen peut s’abonner à un don mensuel à l’un des organismes de bienfaisance vérifiés. La somme minimum requise est un rouble par jour [3].

En Russie, comme dans tous les pays touchés par le coronavirus, la demande de masques et gel hydroalcoolique dépasse largement l’offre. La marque de cosmétique Faberlic a mobilisé ses usines pour fabriquer du gel désinfectant, ayant déjà transféré plus de 60 000 mille bouteilles au Centre national de la lutte contre le coronavirus [4].

Les citoyens russes font également preuve de solidarité à une échelle très locale. La mère de six enfants, Elena Babouchkina, de la région de Voronej, s’est mise à coudre des masques pour les distribuer gratuitement aux habitants de son village. Elle explique son initiative par le désir d’aider les gens tout comme ils lui ont porté assistance dans une situation difficile il y a sept ans, lorsque son fils Cyril s’est ébouillanté et que la famille avait besoin d’argent pour une intervention médicale. Dans la région de Pskov, de particuliers possesseurs d’imprimantes 3D fabriquent chaque jour des visières de protection pour les médecins [5].

 


Vous pouvez lire davantage d’histoires inspirantes sur le site national de la réserve civique.